.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jésus et la lapidation de la femme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ibn Taymiyyah
Nouveau membre
Nouveau membre
avatar

Nombre de messages : 19
Age : 26
Localisation : Bruxelles, Belgique
Profession de foi (religion) : Islam
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Jésus et la lapidation de la femme   Mar 25 Mar - 19:05

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

Plusieurs chrétiens pensent que comme Jésus n'a pas ordonné la lapidation d'une femme ayant commit l'adultère, alors il a par conséquent abolie la peine de mort. Mais ceci n'est pas vrai. Premièrement, si on lit le contexte, on s'aperçoit que si Jésus ne l'a pas fait, c'est parce que les juifs n'ont plus n'appliquaient plus la loi, ils n'appliquaient pas la peine de mort sur eux-même, comment peuvent-ils demandé à Jésus de lapider une femme? Ils n'appliquaient pas la loi contre eux, mais voulaient l'appliquer sur les autres :

Jean 7:19

Moïse ne vous a–t–il pas donné la loi ? Et nul de vous n'observe la loi. Pourquoi cherchez–vous à me faire mourir ?


Aussi, un autre passage démontre que Jésus propose à une femme le repentir, mais elle a refusé de ce repentir, alors Jésus dit qu'il fera mourir les enfants de sa femme :

Apocalypse 2


18 Ecris à l'ange de l'Eglise de Thyatire : Voici ce que dit le Fils de Dieu,
celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables
à de l'airain ardent:
19 Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ton fidèle service, ta constance,
et tes dernières œuvres plus nombreuses que les premières.
20 Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu laisses la femme Jézabel,
qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu'ils se
livrent à l'impudicité
et qu'ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles.
21 Je lui ai donné du temps, afin qu'elle se repentît, et elle ne veut pas se
repentir de son impudicité.
22 Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à
ceux qui commettent adultère avec elle
, à moins qu'ils ne se repentent de
leurs œuvres.
23 Je ferai mourir de mort ses enfants ; et toutes les Eglises
connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les cœurs, et je vous
rendrai à chacun selon vos œuvres.


Nous voyons bien que Jésus n'est pas contre le châtiment réservé à ceux qui commettent l'adultère.

La deuxième chose à dire, c'est que le passage de la femme adultère est un passage ajouté dans la Bible, et ne fait pas partie de la Bible :

La Bible Annotée:

Chapitre 8.

On trouve une description semblable dans #Lu 21:37,38.

-Le dernier verset de #Jn 7 et les deux premiers par lesquels s’ouvre notre #Jn 8 forment une sorte d’introduction à l’histoire de la femme adultère qui va suivre. Ils font partie du fragment dont l’authenticité est contestée.

Voici d’abord, à cet égard, l’état des documents sur lesquels s’appuie la critique du texte.

Un grand nombre de manuscrits, Sin., B, A, C, etc., du quatrième au neuvième siècle, omettent entièrement ce récit, et plusieurs de ceux qui l’ont conservé le marquent de signes de doute.

Les versions anciennes, sauf quelques manuscrits de l’Itala ne le renferment pas davantage.

Les Pères de l’Eglise des trois premiers siècles, et même Chrysostome, ne le mentionnent pas comme renfermé dans notre évangile. Origène, qui s’est occupé spécialement de l’état du texte, n’en parle pas.

Dans plusieurs documents, ce morceau se trouve placé à la fin de l’évangile de Jean; dans quelques autres à la suite de #Lu 21.

Ces versets abondent en variantes diverses, ce qui est toujours un signe peu favorable à l’authenticité.

Le style de ce récit n’est pas celui de Jean; il porte tous les caractères des narrations synoptiques.

Aussi la plupart des critiques et des exégètes se refusent-ils à considérer ce récit comme faisant partie de l’évangile de Jean. Ainsi Erasme, Calvin, Bèze Lücke, Tholuck, Olshausen, de Wette Reuss, Hengstenberg, Meyer, MM. Weiss, Luthardt, Keil, Godet, et tous les modernes éditeurs du texte. Rappelons, d’autre part, que sept majusc. (dont D), du sixième au neuvième siècle, et un
très grand nombre de minusc., aussi bien que quelques exemplaires de l’Itala, la Vulgate, la version syr.
de Jérusalem, contiennent ce récit sans le marquer d’aucun signe de doute.

Jérôme, écrivant au quatrième siècle, témoigne (Adv. Pelag. 2, 17) que cette relation se trouvait "en plusieurs manuscrits, tant grecs que latins."

Aussi plusieurs interprètes éminents, Augustin, Bengel, Hug, Ebrard, Stier, Lange, soutiennent-ils l’authenticité de ce fragment alléguant avec Augustin qu’il n’a été retranché, à l’origine, que par la crainte de l’influence morale qu’il pouvait exercer à une époque où, d’une part, un grand relâchement des moeurs et, d’autre part, un faux ascétisme s’étaient introduits dans l’Eglise.

-Quant à la vérité historique du fait, on peut dire avec Meyer: "Cette histoire porte un tel cachet d’originalité, il est si évident qu’elle n’est imitée d’aucun autre récit de la tradition évangélique, qu’il est impossible d’y voir une légende d’un temps postérieur, sa vérité interne se justifie facilement par l’exégèse, malgré les doutes qu’on a soulevés."

Le récit est en tous cas fort ancien, Eusèbe rapporte (Hist. eccl. 3: 39) que l’écrit de Papias sur les évangiles contenait l’histoire d’une femme qui, à cause de ses péchés, fut accusée devant le Seigneur. "Cette histoire, ajoutet-il, se trouve dans l’évangile des Hébreux."

Cela prouverait que notre récit appartient à la tradition apostolique. Il a été inséré dans la suite à cette place, parce que le piège tendu à Jésus {#Jn 8:6** paraissait en harmonie avec les dispositions hostiles des autorités à son égard. {#Jn 7:32,45 et suiv.**

Les commantaires de l'ACEBAC :

#Jn 8:1-11

La femme adultère

Le récit de la femme adultère {#Jn 7:53 8:1-11** manque dans les plus anciens manuscrits grecs. Les Pères grecs ne l’ont pas connu ou bien ne l’ont pas regardé comme authentique. Plusieurs traductions anciennes (latine, syriaque, copte...) ne le contenaient pas. On lisait pourtant cette péricope en Occident et dans l’Église de Syrie dès le IIIe siècle. Mais la place de ce récit est instable chez les témoins qui le rapportent: on le retrouve en cinq endroits différents soit dans l’évangile de Jean, soit dans celui de Luc. De plus, ce passage tranche sur le contexte et l’ensemble du texte johannique par son contenu, son style et sa langue, qui rappellent par contre beaucoup le style et la langue de Luc. On admet donc généralement que ce passage n’a pas été rédigé par l’auteur du quatrième évangile et qu’il n’appartenait pas à l’édition originale de cet évangile. Le concile de Trente regarde ce texte comme un écrit canonique; sa définition porte sur la canonicité, non sur l’authenticité johannique du passage.

La Bible de Jérusalèm dit en note de ce passage :

Cette péricope, 7.53 - 8.11, omise par les plus anciens témoins (mss, versions et Pères), déplacée par d'autres, au style de couleur synoptique, ne peut être de saint Jean lui-même. Elle pourrait être attribée à saint Luc, cf Luc 21.38. Sa canonicité, son caractère inspiré et sa valeur historique n'en sont pas moins hors contexte.

Nous voyons bien que ce passage est très douteux et n'est pas authentique. De plus, Jésus -sur lui la paix- voulut rester fidéle à la Loi de Moise -sur lui la paix- que n'observaient plus la populace de son époque et de son lieu.

Que la paix soit sur vous,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caleb
Membre important du forum
Membre important du forum
avatar

Nombre de messages : 157
Age : 31
Localisation : Reims, France
Profession de foi (religion) : Catholique romain
Date d'inscription : 06/02/2008

MessageSujet: Re: Jésus et la lapidation de la femme   Mar 25 Mar - 19:50

Ibn Taymiyyah a écrit:
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.


Plusieurs chrétiens pensent que comme Jésus n'a pas ordonné la lapidation d'une femme ayant commit l'adultère, alors il a par conséquent abolie la peine de mort. Mais ceci n'est pas vrai. Premièrement, si on lit le contexte, on s'aperçoit que si Jésus ne l'a pas fait, c'est parce que les juifs n'ont plus n'appliquaient plus la loi, ils n'appliquaient pas la peine de mort sur eux-même, comment peuvent-ils demandé à Jésus de lapider une femme? Ils n'appliquaient pas la loi contre eux, mais voulaient l'appliquer sur les autres :

Jean 7:19

Moïse ne vous a–t–il pas donné la loi ? Et nul de vous n'observe la loi. Pourquoi cherchez–vous à me faire mourir ?
Bonjour,

Dire que les juifs n'appliquaient plus la Loi de Moïse et par conséquent la lapidation des adultères, est rigoureusement faux. En effet, pourquoi les pharisiens se sont-ils empressé d'aller lapidé la femme adultère alors? Aussi, il y a de nombreux exemple qui montre que les juifs ont toujours appliqué ce precepte de la Loi de Moïse.
Lorsque Jésus Christ dit en Jean 7.19 que nulle observe la Loi, Il parle bien sur de la Loi accompli par Lui meme, la Vrai Loi complète dont l'esprit est contenu dans le discours de la montagne en Matthieu 5.

_________________
Je crois en l'Eglise, Une, Sainte, Catholique et Apostolique (Symbole des Apotres)

1Tm 3:15- Si toutefois je tardais, il faut que tu saches comment te comporter dans la maison de Dieu - je veux dire l'Église du Dieu vivant - colonne et support de la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ibn Taymiyyah
Nouveau membre
Nouveau membre
avatar

Nombre de messages : 19
Age : 26
Localisation : Bruxelles, Belgique
Profession de foi (religion) : Islam
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus et la lapidation de la femme   Mar 25 Mar - 20:21

Caleb a écrit:
Ibn Taymiyyah a écrit:
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

Plusieurs chrétiens pensent que comme Jésus n'a pas ordonné la lapidation d'une femme ayant commit l'adultère, alors il a par conséquent abolie la peine de mort. Mais ceci n'est pas vrai. Premièrement, si on lit le contexte, on s'aperçoit que si Jésus ne l'a pas fait, c'est parce que les juifs n'ont plus n'appliquaient plus la loi, ils n'appliquaient pas la peine de mort sur eux-même, comment peuvent-ils demandé à Jésus de lapider une femme? Ils n'appliquaient pas la loi contre eux, mais voulaient l'appliquer sur les autres :

Jean 7:19

Moïse ne vous a–t–il pas donné la loi ? Et nul de vous n'observe la loi. Pourquoi cherchez–vous à me faire mourir ?
Bonjour,

Dire que les juifs n'appliquaient plus la Loi de Moïse et par conséquent la lapidation des adultères, est rigoureusement faux. En effet, pourquoi les pharisiens se sont-ils empressé d'aller lapidé la femme adultère alors? Aussi, il y a de nombreux exemple qui montre que les juifs ont toujours appliqué ce precepte de la Loi de Moïse.
Lorsque Jésus Christ dit en Jean 7.19 que nulle observe la Loi, Il parle bien sur de la Loi accompli par Lui meme, la Vrai Loi complète dont l'esprit est contenu dans le discours de la montagne en Matthieu 5.

Bonjour,

Il est tout à fait possible, mais ce n'est pas très important concernant la discussion actuelle car la critique est plus historique (ou philologique si vous voulez) que strictement coincé dans le cadre théologique. Et de toute facon, j'ai précisé qu'ils l'appliquaient mais de manière erronée.

Que la paix soit sur vous,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cathes
Membre actif
Membre actif
avatar

Nombre de messages : 45
Age : 37
Profession de foi (religion) : Catholique romain
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Jésus et la lapidation de la femme   Lun 31 Mar - 23:48

La lapidation valait aussi pour les hommes adultères !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jésus et la lapidation de la femme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jésus et la lapidation de la femme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La lapidation des femmes : Honneur de la famiile
» La Lapidation.(Vidéo)
» Est-ce que l'Islam approuve la lapidation??
» Coups de fouet ou lapidation
» hadiths sur la lapidation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DE LA NOUVELLE EVANGELISATION :: Accueil du Forum de la Nouvelle Evangelisation :: Forum islamo-catholique :: La vérité catholique :: Authenticité de la Sainte Bible et de la Tradition de l'Eglise-
Sauter vers: